Du soutien par l’équipe TXM

Pendant les séances passées de notre cours, quelques questions ont été posées que j’ai relayées à l’équipe TXM. Voici les réponses données par Bénédicte Pincemin, chargée de recherche CNRS (IHRIM – ENS de Lyon). Un grand merci à elle et à toute l’équipe TXM !

TXM peut-il traiter des questionnaires ?

Cela peut être intéressant s’il y a des questions ouvertes. Les questions fermées peuvent jouer le rôle de métadonnées, les questions ouvertes être représentées comme différentes parties d’un “texte” qui correspond au répondant.

Une macro qui peut être utile : csv2xml
Souvent on peut récupérer les résultats d’une enquête sous la forme d’un tableau de données type tableur. Cette macro permet alors de transformer
ce tableau en fichier XML qu’on peut importer dans TXM avec l’import
XML/w + CSV.
Documentation de la macro
Comment récupérer, installer et utiliser une macro : voir le manuel TXM et le début de la page ci-dessus. (Cette macro est d’ailleurs probablement déjà livrée avec TXM).

TXM peut-il traiter du multimédia ?

Il y a une extension prototype (disponible mais encore en version de test) pour des transcriptions textuelles alignées avec un fichier audio ou vidéo. Le texte est au format Transcriber. Je pense que c’est un peu technique mais si la personne est très motivée et débrouillarde, ça se passe ici : https://groupes.renater.fr/wiki/txm-users/public/extensions_beta (voir extension Media Player). L’import du corpus à utiliser est l’import Transcriber.

TXM peut-il traiter du coréen ?

Commencer par voir la deuxième question de la FAQ

Puis qq points de rappel :
– TreeTagger n’est pas obligatoire (autrement dit, s’il n’existe pas de modèle de langue TreeTagger pour une langue, ou si l’analyse réalisée par TT sur le corpus considéré n’est pas satisfaisante, cela n’empêche pas a priori de travailler avec TXM, on fait alors sans TreeTagger).
– on peut préparer le corpus avant de le donner de TXM pour lui indiquer comment délimiter les mots, et éventuellement apporter des informations
sur ces mots. Cela se fait typiquement en utilisant un outil de Traitement automatique des langues et en visant un format de sortie en XML (directement ou avec un autre programme qui transforme la sortie).
– s’adresser aux listes pour avoir des conseils/informations sur le choix de l’outil et la façon de prodécer : listes de TAL ou de linguistique de corpus pour l’analyse du coréen,  voire directement liste txm-users au cas où un autre utilisateur ait déjà expérimenté un tel circuit.
– le format utilisé peut s’inspirer de la TEI (pour le choix du nom des balises utiles) sans chercher tout de suite à avoir un format TEI complet (cela peut être trop lourd).

L’un des participants souhaite créer et explorer un corpus parallèle anglais – persan. Comment faire ?

Bon à savoir peut-être, il y a un import TMX dans TXM (attention à ne pas confondre les deux noms ! TMX est un format spécialisé XML pour les corpus parallèles).

L’import TMX fait que les volets des différentes langues sont présentés
comme autant de “cubes corpus” dans la marge de gauche de TXM, et que
ces corpus sont en relation : on peut faire des requêtes CQL sur un volet en interrogeant sur les passages alignés dans une autre langue, cf. manuel TXM, §12.5.4 dans la section Requêtes pour le moteur de recherche plein texte CQP.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.